Club de montres à faire soi-même

L'histoire et la science des mains et des vis bleues

Démystifier le processus de Flame Blueing alias Thermal Blueing
Le bleuissage à la flamme, ou bleuissement à la chaleur, a toujours été concomitant avec l'horlogerie traditionnelle. La première montre de l'histoire (sans doute), The Pomander Watch, comporte une seule aiguille bleuie. À l'époque, la raison du bleuissement d'une pièce de montre était en grande partie fonctionnelle. Au fur et à mesure que la technologie progressait, le but du bleuissement thermique s'est transformé en un but esthétique. Dans cet article, nous allons retracer cette lignée de cette transformation et découvrir pourquoi le bleuissage manuel à la flamme est toujours un métier horloger viable de nos jours.

L'histoire et un peu de science Dans l'horlogerie traditionnelle, le bleuissage est largement synonyme de trempe de l'acier. Le revenu de l'acier est effectué après le processus de durcissement de l'acier au carbone, car le durcissement donnerait un composant en acier dur, mais trop cassant pour la plupart des applications.

Le processus de revenu consiste à chauffer la pièce en acier à une certaine température, à la maintenir pendant un certain temps, puis à la refroidir. Cela abaissera la dureté tout en augmentant la ductilité de la pièce en acier. Plus la température à laquelle la pièce en acier est chauffée est élevée, plus elle gagne en ductilité au détriment d'une dureté plus faible. Par conséquent, selon l'application, l'acier peut être revenu à différentes températures. Par exemple, un ressort serait trempé à une température plus élevée qu'une vis, car nous avons besoin que l'acier fonctionne avec une ductilité beaucoup plus élevée et résiste à la déformation plastique.

Pourquoi bleu

La température spécifique à laquelle une pièce en acier est trempée correspond à un équilibre spécifique de ténacité et de dureté que la fonction de la pièce exige. Au début de l'horlogerie, lorsque les thermomètres de précision n'étaient pas disponibles, obtenir une lecture précise de la température était une tâche difficile. Mais c'est là que la couleur entre en jeu.

Au fur et à mesure que nous tempérons l'acier au carbone, une couche d'oxyde se forme à la surface de l'acier. Selon la température à laquelle l'acier est chauffé, la couche d'oxyde aura une certaine épaisseur qui se traduira par une certaine couleur en raison d'un phénomène appelé interférence de film mince. Idéalement, la couleur, étant directement liée à la température de trempe, sert d'indicateur de température aux horlogers. La couleur bleue indique que la pièce en acier a été chauffée à la bonne température et qu'elle conduirait aux bonnes propriétés physiques. La couche d'oxyde contribue également à la résistance à la corrosion. Pour cette raison, la trempe, ou bleuissement thermique, devient une partie intégrante de l'horlogerie traditionnelle.

Le bleuissage de nos jours Alors que le bleuissage de l'acier avait une importance fonctionnelle importante pour l'horlogerie à l'époque, il s'agit davantage d'esthétique et de la préservation de l'artisanat traditionnel aujourd'hui. Pour la même exigence de propriétés mécaniques et de résistance à la corrosion, les horlogers modernes disposent de solutions beaucoup plus simples et efficaces dans les alliages et la galvanoplastie. Par conséquent, le bleuissement thermique est désormais largement relégué à un rôle cosmétique. Et même à des fins esthétiques, il existe une solution plus rentable avec de la peinture. Les mains et les vis bleuies manuellement à la flamme sont un luxe en termes de temps et de main-d'œuvre.

Cela n'empêche pas certaines marques de luxe et horlogers indépendants d'insister sur l'utilisation de pièces bleuies manuellement à la flamme dans leurs montres. Les pièces en acier correctement bleuies sont toujours très recherchées car la couleur bleue résultant de la belle réflexion de la couche d'oxyde possède une sensation de profondeur inégalée par celle du placage ou de la peinture. Et les parties bleuies individuellement à la main montrent une subtile différence de teinte en raison de la variance humaine. À un prix de luxe, cela est moins perçu comme un défaut mais plutôt comme une marque du savoir-faire humain qui se cache derrière chaque partie de la montre.

Le bleuissage à la flamme devenant de plus en plus un artisanat de niche, il est bon de se rappeler la lignée de l'artisanat qui existe derrière chaque vis bleue et d'apprécier le travail et l'artisanat qui y sont consacrés. Ce n'est pas qu'une couleur, c'est un métier.

Logo de la marque

FONDÉ

2014

QUARTIER GÉNÉRAL

Ville de Kowloon, Kowloon, Hong Kong

Vous pouvez également entrer en contact avec un

revendeurs agréés

SITE INTERNET

diywatch.club

The most complete and tested DIY mechanical watch material.
They have helped thousands of people with their very own DIY mechanical watches.
By offering their kit on WatchDNA, now we are bringing this DIY watchmaking experience to you.



DIY WATCHES… IS IT DIFFICULT?
With over 15 thousand successes and a higher than 99.95% success rate, we have confidence that the watch will be built successfully. We are now the #1 provider of such kits and teaching materials, so rest assured that our step-by-step video tutorial will make the DIY process very enjoyable 🙂

HEADQUARTERS

Tsuen Wan, NT, Hong Kong

SERVICES CENTER

Check out their forum if you have watchmaking-related questions.

WEBSITE

www.diywatch.club